sur les enfants du sabbat

.

Texte écrit pour le catalogue « Les enfants du sabbat 2″ par Jacques Malgorn
Professeur à l’école supérieur d’Art de Clermont

Il y a une période de l’existence où l’on est plus un enfant, où l’adolescence enfin se termine, où l’âge adulte se précise. Ce moment particulier (qui peut durer toute une vie) est à la croisée des souvenirs, au carrefour des projections. Il est un lieu de grande nostalgie.

Traitement sérieux de la naïveté, exploration méticuleuse des codes enfantins ou adolescents, représentation faussement fidèle du monde (de l’univers) amoureux, gestes de grande tendresse, voilà donc le terrain de jeu, le périmètre sensible où Laurent Rousset œuvre en toute liberté.

Ce jeu de rôle convoque tour à tour l’enfant, le père, l’amant, le mari, permettant ainsi d’approcher visuellement les usages, les coutumes, les tabous du code amoureux, et des relations passionnées. Un chapelet de cœurs tendres dignes des meilleurs romans-photos.

Reste en suspension un geste affectueux, une caresse sensible, autant de signes pudiques à la limite de l’effacement, qui disent les rapports humains.

Alors, aimes-tu cette image ? et cette idée tu l’aimes ? et la couleur … ?