Démarche

« Avec une fausse naïveté, Laurent Rousset explore nos codes sociaux. Par des associations d’idées, de mots et, en jouant sur nos sentiments amoureux notamment, sur Les relations de cause à effet, il souligne cet instant où tout bascule : le bug, Le coup de foudre… L’amour se vit il différemment à l’heure où la communication a remplacé La conversation ? » Francis Bentolila (CAC Brétigny)

A quoi tient l’existence? C’est quoi l’amour? Voilà mes principaux champs de recherches et d’investigations. Je me définis comme un plasticien-chercheur qui explore différentes façons d’arriver au sens des choses:

Le principe du contradictoire : Faire émerger du sens par la mise en contradiction de la technique employée avec le sujet traité: parler du sentiment, de l’intime, de la chaleur humaine qui s’en dégage, sur un mode froid, neutre, clinique. Choisir la naïveté comme rempart au vulgaire. Chercher le sens de l’existence par la voix d’une vie artificielle. Du décalage doit naître l’essence des choses.

La démarche d’investigation: je pars d’un postulat et j’avance pas à pas, par jeux d’hypothèses. C’est un travail d’enquête (faussement ?) rigoureuse qui passe aussi par un travail sur la langue: mes recherches fonctionnent parfois par un jeu de rebonds de mot en mot, par association d’idée ou de sens, j’avance à tâtons, en ronds .

La dissection: Ouvrir, étudier la structure, se débarrasser du trop, que seul reste le sens nu des choses ; et reconstruire. Le traitement que j’inflige aux textes (de chansons, poèmes d’amour ou autre) procède de cette démarche. Le texte est traduit d’une langue à une autre, puis une autre, et une autre encore, avec des retours parfois à la langue française, enrichi de jeux de mots et de sonorités, de maladresses et de décalages syntaxiques dont émerge, sinon le sens, en tout cas l’émotion.